Recevoir nos newsletters

S'abonner
 
Accueil La Mairie Budget
Budget

Budget 2019

PDF Imprimer Envoyer

« Depuis la 21e et la 17e année consécutive, les taux d’imposition des taxes d’habitation et foncière restent identiques. Même si cela avait été un engagement de campagne, la promesse a pu être tenue uniquement grâce à une gestion rigoureuse de nos dépenses de fonctionnement.Le désengagement total de l’État, conjugué au report des recettes liées à la taxe foncière de la nouvelle zone d’activité de Lamirault auront accompagnés ce mandat.Dès 2014, un travail de renégociation de la totalité des contrats avec nos fournisseurs, ainsi qu’une analyse de nos dépenses de fonctionnement nous ont permis d’économiser près de 275 000 €*.

Autre poste important de nos dépenses, la charge de personnel. Sans remettre en cause la qualité des services proposés à la population, et en remplaçant chaque départ à la retraite, ce poste a diminué de près de 38 500 € entre l’année 2014 et 2018. La maîtrise de ces deux chapitres importants dans le budget d’une commune aura permis de fonctionner sereinement sans les recettes de Lamirault, sans avoir recours à l’emprunt et, bien sûr, sans augmenter les impôts locaux.L’année 2018 aura été une année consacrée à la recherche de subventions auprès de différents organismes dont un dossier en cours d'instruction auprès de la Région Île-de-France.

N’ayant eu recours à l’emprunt qu’une fois lors de ce mandat, le niveau de la dette sera le plus faible (320 000 €) depuis plus de trente ans, avec un impact de seulement 3,99% sur nos finances. Le budget 2019, voté en séance le 28 mars dernier, enregistre une stabilité de nos recettes, ainsi qu'une diminution de nos dépenses de fonctionnement. Cette gestion maîtrisée nous permet de maintenir et de valoriser une qualité de vie et de services pour tous les Collégeois. Une part importante du budget est consacrée à l'investissement pour le patrimoine communal. Le sol du gymnase, la rénovation de l'église, du plateau d'évolution ainsi que la mise en place d'un contrat énergétique sont autant d'exemples qui nous permettent d'investir pour l'avenir de notre commune.»

Didier Mériot,

premier maire adjoint en charge des finances

 

 

 


*Nos dépenses de fonctionnement en 2014 étaient de 1 952 765 € tandis qu'en 2018 (dépenses réelles et non prévisionnelles), elles étaient de 1 677 050 €.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

>> Télécharger la double-page budget de l'Écho 119 paru le 29 mai 2019

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

>> Compte rendu du conseil municipal du 28 mars 2019 "spécial vote du budget"

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Budget 2017

PDF Imprimer Envoyer

Mot de l’élu

Didier Mériot, premier adjoint en charge des finances et grands projets

Le conseil municipal de Collégien a voté, le 30 mars dernier, le budget primitif 2017 qui permet de maintenir nos politiques publiques à un niveau de qualité remarquable et d’accessibilité pour tous, sans augmentation des taux d’imposition pour la 17e année consécutive.
Notre budget est rigoureux et parvient, cette année, malgré la suppression des dotations de l’État (moins 329 518 euros depuis 2014), les nouvelles dépenses liées à la taxe de péréquation et à la pénalité financière induite par notre manque de logements sociaux sur la commune, à maintenir la qualité de notre service offert à la population.
Depuis le début de notre mandat en 2014, c’est plus de 1 million d’euros de dotation de l’État, cumulé aux dépenses nouvelles liées aux taxes de péréquation que notre commune a perdu. Pour la première fois depuis de nombreuses années, les recettes de fonctionnement n’augmenteront pas en 2017, malgré l’arrivée de nouvelles entreprises dans la nouvelle zone d’activités de Lamirault.


Aussi nos principaux axes de travail pour mieux appréhender ce budget difficile, ainsi que celui de l’année prochaine, s’orientent vers :
• Un arbitrage des dépenses de fonctionnement et la priorisation de nos projets afin de maintenir notre capacité d’autofinancement.
• Une maîtrise de notre masse salariale qui à effectif constant subit les augmentations liées à la revalorisation du point d’indice, à diverses réformes annexes et l’organisation des élections présidentielles et législatives.
• La recherche de financements avec nos partenaires institutionnels pour des projets ou politiques publiques bien spécifiques. Cette année encore, notre volonté et notre capacité à dégager des financements, sans avoir recours à l’emprunt nous permet d’investir aussi bien pour les services que dans de nouveaux équipements pour notre commune.

 

>>> Compte rendu du conseil municipal du 30 mars "spécial budget 2017"

>>> L'Écho 113

Enregistrer

 

Budget 2016

PDF Imprimer Envoyer

Mot de l’élu

Didier Mériot, premier adjoint en charge des finances et grands projets

 

C’est avec une certaine fierté que le conseil municipal a adopté le 24 mars dernier, le budget de l’année 2016, en maintenant les trois taux d’impositions. Malgré un contexte national marqué par un désengagement important des dotations de l’État et la forte augmentation de la taxe de péréquation, taxe qui permet d’attribuer aux communes défavorisées une partie des ressources des collectivités les plus "riches ". Cela représente une perte de 254 000 € de recettes sur les deux derniers exercices budgétaires. Néanmoins, notre volonté de ne pas augmenter l’imposition locale a pu être possible grâce à une rigueur budgétaire et un important travail avec les chefs de service. Les renégociations de contrats entrepris en 2015, et dont les économies en année pleine deviennent appréciables, l’arrivée de nouvelles entreprises dans la zone d’activités de Lamirault, le remplacement d’agents nouvellement retraités, par de nouvelles recrues en début de carrière, ou encore le transfert du personnel de la bibliothèque vers la communauté d’agglomération de Marne- et-Gondoire, nous permettent d’amortir la baisse de subventions votées par la nouvelle majorité départementale. Ce budget maintient le même niveau de service à la population, de conserver les subventions en direction des associations collégeoises, mais aussi de dégager un autofinancement pour investir en faveur des équipements publics. La requalification du jardin de la mairie, la reprise progressive de la chaussée de la rue de Melun, l’équipement des services, et l’installation du dernier tableau numérique au sein du groupe scolaire des Saules, constitueront une part importante du budget d’investissement. Notre faible niveau d’endettement nous autorise à recourir à l’emprunt pour la réhabilitation de 4 logements communaux ou encore de construire l’extension de La Courée avec son auditorium intercommunal. Une provision pour la réalisation de la troisième phase du Parc du sport a été inscrite afin de nous permettre de constituer un dossier de demande de subvention auprès des partenaires institutionnels. Ce budget 2016 est dynamique, responsable et ambitieux. Notre exigence ainsi que notre rigueur doivent continuer à caractériser notre gestion.

>>> Budget 2016

>>> Echo 111 (Budget pages 10 et 11)

 

Budget 2015

PDF Imprimer Envoyer

Mot de l’élu

Le 19 Mars 2015, le conseil municipal de Collégien a adopté le budget primitif 2015.

Ce vote a finalisé un travail engagé depuis le mois de septembre 2014. Trois orientations ont été retenues par le conseil municipal pour construire ce budget :

-           Aucune augmentation des trois taxes communales

-           Maîtriser un service public de qualité

-           Vérifier que nos dépenses n’augmentent pas plus vite que nos recettes.

Effectivement, le redressement des finances publiques de l’État, mais aussi des conseils régionaux et départementaux, passe par une diminution, chaque année, des dotations aux collectivités locales. L’installation récente d’entreprises dans la nouvelle zone d’activité, même si nous avions envisagé une commercialisation plus rapide, aura permis d’enregistrer malgré cela, une progression de nos recettes de 5,5 %.

Fort de cette augmentation, des réunions entre directeurs des services et le bureau municipal ont permis de maîtriser les dépenses de fonctionnement à hauteur de 4,3 %.

La renégociation de contrats de téléphonie, d’affranchissement, du câblo-opérateur ou encore la dématérialisation des actes administratifs et financiers nous permettent d’atteindre l’équilibre.

Ce résultat nous permet de dégager une part égale aux années antérieures pour investir afin d’améliorer nos services à la population et l’entretien des bâtiments et des voiries communales.

Le montant faible de notre dette, au regard de notre budget, nous permet d’envisager, sans peser sur les futurs budgets, le financement par l’emprunt d’un nouvel équipement communal au sein de la Courée, avec  la construction d’un auditorium, ainsi que des nouveaux locaux administratifs.

Enfin, le dernier trimestre, a permis de nous rassurer pour l’avenir de nos finances avec la signature de permis de construire et de promesses de ventes de nouvelles entreprises souhaitant s’installer dans la zone d’activités de Lamirault nous garantissant ainsi la pérennité de nos actions.

Didier Mériot, premier maire-adjoint en charge des finances et des grands projets

 

Le fonctionnement

Le budget de fonctionnement concerne toutes les dépenses courantes de la municipalité (eau, électricité, salaires, petits équipements,…) qui permettent de faire « fonctionner » la structure. Les recettes de fonctionnement sont pour une large part composée par le produit des taxes foncières (39 %) et de l’attribution de compensation de Marne-et-Gondoire (26 %) mais aussi de la taxe d’habitation (9 %), des différentes dotations et participations (14 %), des produits des services (7 %), et d’autres taxes (5 %).

Les dépenses de fonctionnement reflètent particulièrement les engagements pris par le conseil. Répartition des dépenses de fonctionnement 2015 par politique :

L’autofinancement

La part d’autofinancement 2015 : on part des recettes de fonctionnement qui sont de 6 631 558 € auxquelles on soustrait les dépenses de fonctionnement qui sont de 6 021 561 € pour un total de 609 997 € auquel on ajoute l’excédent d’autofinancement reporté de 2014 de 66 963 € soit un total de 679 960 €. Ce total détermine notre marge de manœuvre dans les décisions d’investissement.

 

L’investissement

Les recettes d’investissement sont composées de la part d’autofinancement dégagée, de dotations, de subventions, de produit de cessions et d’emprunts. En ce qui concerne les dépenses d’investissement (voir exemples ci-contre), fin 2015, la construction d’un bâtiment complémentaire à l’école de musique permettra aux équipes de déménager des préfabriqués proches de l’ancienne mairie. Pour financer ce projet, un emprunt sera contracté. Mais il ne pèsera qu’à hauteur de 8,22 % sur le budget 2016, date des premières échéances de remboursement – ce qui est peu, ramené à l’exemple d’un ménage lambda dont le taux d’endettement recommandé est de 33 %.

 

 

 

Les subventions aux associations

Pour conforter le soutien à la vie associative, solidaire et intergénérationnelle

Pour les associations Sports et Loisirs

59 940 €

Pour le CCAS (Centre communal d’actions sociales)

41 731 €

Pour la caisse des écoles

18 035 €

 

Mémento Budget 2015

Fonctionnement

Recettes

6 631 558 €

Dépenses

6 021 561 €

 

Investissement

Recettes

3 080 281 €

Dépenses

3 080 281 €

 

Autofinancement

679 960 €

 

Taux (communal) des taxes

Taxe d’habitation

14,07% depuis 1998

Taxe foncier non bâti

67,12% depuis 1998

Taxe foncier bâti

26% depuis 2002