Accueil La Mairie Budget
Budget

Budget 2016

PDF Imprimer Envoyer

Mot de l’élu

Didier Mériot, premier adjoint en charge des finances et grands projets

 

C’est avec une certaine fierté que le conseil municipal a adopté le 24 mars dernier, le budget de l’année 2016, en maintenant les trois taux d’impositions. Malgré un contexte national marqué par un désengagement important des dotations de l’État et la forte augmentation de la taxe de péréquation, taxe qui permet d’attribuer aux communes défavorisées une partie des ressources des collectivités les plus "riches ". Cela représente une perte de 254 000 € de recettes sur les deux derniers exercices budgétaires. Néanmoins, notre volonté de ne pas augmenter l’imposition locale a pu être possible grâce à une rigueur budgétaire et un important travail avec les chefs de service. Les renégociations de contrats entrepris en 2015, et dont les économies en année pleine deviennent appréciables, l’arrivée de nouvelles entreprises dans la zone d’activités de Lamirault, le remplacement d’agents nouvellement retraités, par de nouvelles recrues en début de carrière, ou encore le transfert du personnel de la bibliothèque vers la communauté d’agglomération de Marne- et-Gondoire, nous permettent d’amortir la baisse de subventions votées par la nouvelle majorité départementale. Ce budget maintient le même niveau de service à la population, de conserver les subventions en direction des associations collégeoises, mais aussi de dégager un autofinancement pour investir en faveur des équipements publics. La requalification du jardin de la mairie, la reprise progressive de la chaussée de la rue de Melun, l’équipement des services, et l’installation du dernier tableau numérique au sein du groupe scolaire des Saules, constitueront une part importante du budget d’investissement. Notre faible niveau d’endettement nous autorise à recourir à l’emprunt pour la réhabilitation de 4 logements communaux ou encore de construire l’extension de La Courée avec son auditorium intercommunal. Une provision pour la réalisation de la troisième phase du Parc du sport a été inscrite afin de nous permettre de constituer un dossier de demande de subvention auprès des partenaires institutionnels. Ce budget 2016 est dynamique, responsable et ambitieux. Notre exigence ainsi que notre rigueur doivent continuer à caractériser notre gestion.

>>> Budget 2016

>>> Echo 111 (Budget pages 10 et 11)

 

Budget 2015

PDF Imprimer Envoyer

Mot de l’élu

Le 19 Mars 2015, le conseil municipal de Collégien a adopté le budget primitif 2015.

Ce vote a finalisé un travail engagé depuis le mois de septembre 2014. Trois orientations ont été retenues par le conseil municipal pour construire ce budget :

-           Aucune augmentation des trois taxes communales

-           Maîtriser un service public de qualité

-           Vérifier que nos dépenses n’augmentent pas plus vite que nos recettes.

Effectivement, le redressement des finances publiques de l’État, mais aussi des conseils régionaux et départementaux, passe par une diminution, chaque année, des dotations aux collectivités locales. L’installation récente d’entreprises dans la nouvelle zone d’activité, même si nous avions envisagé une commercialisation plus rapide, aura permis d’enregistrer malgré cela, une progression de nos recettes de 5,5 %.

Fort de cette augmentation, des réunions entre directeurs des services et le bureau municipal ont permis de maîtriser les dépenses de fonctionnement à hauteur de 4,3 %.

La renégociation de contrats de téléphonie, d’affranchissement, du câblo-opérateur ou encore la dématérialisation des actes administratifs et financiers nous permettent d’atteindre l’équilibre.

Ce résultat nous permet de dégager une part égale aux années antérieures pour investir afin d’améliorer nos services à la population et l’entretien des bâtiments et des voiries communales.

Le montant faible de notre dette, au regard de notre budget, nous permet d’envisager, sans peser sur les futurs budgets, le financement par l’emprunt d’un nouvel équipement communal au sein de la Courée, avec  la construction d’un auditorium, ainsi que des nouveaux locaux administratifs.

Enfin, le dernier trimestre, a permis de nous rassurer pour l’avenir de nos finances avec la signature de permis de construire et de promesses de ventes de nouvelles entreprises souhaitant s’installer dans la zone d’activités de Lamirault nous garantissant ainsi la pérennité de nos actions.

Didier Mériot, premier maire-adjoint en charge des finances et des grands projets

 

Le fonctionnement

Le budget de fonctionnement concerne toutes les dépenses courantes de la municipalité (eau, électricité, salaires, petits équipements,…) qui permettent de faire « fonctionner » la structure. Les recettes de fonctionnement sont pour une large part composée par le produit des taxes foncières (39 %) et de l’attribution de compensation de Marne-et-Gondoire (26 %) mais aussi de la taxe d’habitation (9 %), des différentes dotations et participations (14 %), des produits des services (7 %), et d’autres taxes (5 %).

Les dépenses de fonctionnement reflètent particulièrement les engagements pris par le conseil. Répartition des dépenses de fonctionnement 2015 par politique :

L’autofinancement

La part d’autofinancement 2015 : on part des recettes de fonctionnement qui sont de 6 631 558 € auxquelles on soustrait les dépenses de fonctionnement qui sont de 6 021 561 € pour un total de 609 997 € auquel on ajoute l’excédent d’autofinancement reporté de 2014 de 66 963 € soit un total de 679 960 €. Ce total détermine notre marge de manœuvre dans les décisions d’investissement.

 

L’investissement

Les recettes d’investissement sont composées de la part d’autofinancement dégagée, de dotations, de subventions, de produit de cessions et d’emprunts. En ce qui concerne les dépenses d’investissement (voir exemples ci-contre), fin 2015, la construction d’un bâtiment complémentaire à l’école de musique permettra aux équipes de déménager des préfabriqués proches de l’ancienne mairie. Pour financer ce projet, un emprunt sera contracté. Mais il ne pèsera qu’à hauteur de 8,22 % sur le budget 2016, date des premières échéances de remboursement – ce qui est peu, ramené à l’exemple d’un ménage lambda dont le taux d’endettement recommandé est de 33 %.

 

 

 

Les subventions aux associations

Pour conforter le soutien à la vie associative, solidaire et intergénérationnelle

Pour les associations Sports et Loisirs

59 940 €

Pour le CCAS (Centre communal d’actions sociales)

41 731 €

Pour la caisse des écoles

18 035 €

 

Mémento Budget 2015

Fonctionnement

Recettes

6 631 558 €

Dépenses

6 021 561 €

 

Investissement

Recettes

3 080 281 €

Dépenses

3 080 281 €

 

Autofinancement

679 960 €

 

Taux (communal) des taxes

Taxe d’habitation

14,07% depuis 1998

Taxe foncier non bâti

67,12% depuis 1998

Taxe foncier bâti

26% depuis 2002

 

Budget 2014

PDF Imprimer Envoyer

Parlons Budget 2014

Trois questions à Didier Mériot, Maire adjoint en charge des finances et des grands projets

 

Vous êtes adjoint en charge des finances communales depuis 2008, pouvez-nous nous donner votre recette pour ne pas augmenter l’imposition locale ?

Malgré les baisses significatives des dotations de l’État ou du Département (10,37 % en moins cette année), nos recettes augmentent de 2,77 % bien qu’effectivement les taux d’impositions n’ont pas changé depuis maintenant plus de 10 ans. Ce constat n’est pas le fait du hasard, mais le résultat, entre autres, d’une politique d’aménagement de notre territoire maîtrisée. L’aménagement progressif du quartier de la Brosse, ainsi que l’arrivée des premières entreprises dans la nouvelle zone de Lamirault participent de cette bonne santé financière. La maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, au fil des années, est aussi un élément essentiel dans l’équilibre de nos finances. Cette année, nos dépenses de fonctionnement augmentent de 3,64 %, la reprise en gestion du quartier de la brosse, ainsi que l’ouverture du nouveau parc des sports expliquent essentiellement cette augmentation.

Quelle capacité notre commune possède-t-elle pour investir ?

Après avoir financé la totalité de nos bâtiments publics, notre dette est très faible et nous laisse la possibilité d’emprunter  à l’avenir pour de futurs gros investissements. Cette année, un budget supérieur au million d’euros sera consacré à l’aménagement et l’amélioration des bâtiments et services communaux. La création d’une classe informatique, l’équipement de tableaux numériques dans plusieurs classes du groupe scolaire, ainsi que l’extension de la salle restauration et l’acquisition d’un centre de lavage seront les principales dépenses d’investissements.

Quels sont les axes de travail pour les années à venir ?

Notre premier axe de travail reste l’attractivité de notre imposition locale qui doit profiter notamment aux revenus les plus modestes, et favoriser l’installation de nouvelles entreprises dans la zone d’activité de Lamirault. Le deuxième objectif est la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) doit nous offrir la possibilité d’un aménagement harmonieux et progressif. Troisièmement, une analyse de nos dépenses énergétiques et de télécommunication doit être engagée. Enfin, pour chaque nouvel investissement, comme nous l’avons toujours fait, il est primordial de calibrer nos équipements  publics au regard de nos besoins.

 

Budget 2012

PDF Imprimer Envoyer

 

Le budget communal pour l'exercice 2012 a été voté à l'unanimité lors du conseil municipal du 29 mars dernier.

> Diaporama du budget 2012

> Compte-rendu du conseil du 29 mars 2012 (ordre du jour budget 2012)