Accueil Découvrir la ville Histoire / patrimoine
Bref historique de Collégien PDF Imprimer Envoyer

Mentionnée pour la première fois au 12e siècle dans les registres paroissiaux sous le nom de « Curlogen », la seigneurie de Collégien appartenait à l'abbaye de Faremoutiers. A l’exception de l’Eglise Saint-Remi-et-St-Hilaire dont la construction s’est étalée du 16e au 20e siècle, le village est essentiellement composé de petites exploitations agricoles.

La ferme de Lamirault, existant depuis le 12e siècle, située au sud de la commune, aujourd’hui inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, est formée d’un quadrilatère de bâtiments entouré de fossés, avec un porche-pigeonnier et une tour d'angle. Le bâtiment actuel subsiste du fief acquis au 15e siècle par Fouché et plus tard par James de Rothschild.

Jusqu’au début des années 1960, le village de Collégien est organisé le long de la route de Lagny à Melun et des chemins ruraux joignant Croissy aux villages du plateau de Guermantes. A proximité de ce centre ancien existaient trois fermes situées le long de la route principale. L’urbanisation s’est développée le long de cet axe et a fini par inclure les fermes existantes.

En 1965, la commune de Collégien s’est trouvée intégrée dans le périmètre géographique de la Ville Nouvelle de Marne-la-Vallée, au sein du secteur III, et a été amenée, de ce fait, à participer au développement urbain mis en œuvre par l’Etat et l’Etablissement Public d’Aménagement de Marne-la-Vallée.

Par délibération du 25 septembre 1985, Collégien décide de sortir de l’agglomération nouvelle de Marne-la-Vallée et redevient alors une commune de droit commun. A partir de cette date, le développement de la commune s’est réalisé sur des objectifs strictement communaux. La croissance urbaine de Collégien, lente avant la création de la ville Nouvelle (264 habitants en 1968) s’accélère dans les années 1970, passant à 3 170 habitants en 2009.